Mobilité internationale : à la découverte de l'Europe !

De gauche à droite : Eric, Jordan et Anas.

 

Le 1er février, trois jeunes suivis par la Mission Locale vont partir en mission de volontariat international. Ce n’est pas la première fois que nos jeunes vont franchir les frontières, depuis plus de trente ans, les projets sont légions : 10 ans de chantiers dans les Parcs nationaux du Canada, construction d'un local de séchage de poissons et d'un centre de réparations nautiques en Casamance au Sénégal, construction d'un four à pain au Burkina Faso...

Aujourd’hui, Jordan (22 ans), Eric (21 ans), et Anas (22 ans) s’apprêtent à partir à l’étranger pendant 4 semaines. Jordan va s’envoler pour Constanta (Roumanie), Anas pour Athènes (Grèce) et Eric pour Kalamata (Grèce).

S’ils partent pendant tout le mois de février, c’est grâce au dispositif « Take Off » financé par Erasmus. Promu par nos conseillers, c’est sur leurs conseils que ces trois jeunes adultes se sont lancés dans l’aventure.

A l’aube de cette expérience, nous leur avons posé quelques questions :

 

Pourquoi partir à l’étranger ?

J : « Je suis en reconversion professionnelle, je veux me lancer dans l’animation. J’ai vu cette opportunité à l’étranger, et j’ai toujours eu envie de voyager. Alors : pourquoi pas les deux en même temps ? »

A : « Je veux gagner en autonomie, progresser en langues et surtout vivre une expérience professionnelle et humaine. »

E : « Pour vivre une expérience particulière, pour changer un peu et apprendre les langues. »

En quoi cela va-t-il vous aider pour votre projet pro ?

J : « Avoir une première expérience dans ce métier que je n’aurai peut-être pas eu en France. Développer aussi mes compétences relationnelles. Se servir de cette expérience comme tremplin pour lancer ma reconversion professionnelle. »

A : « J’ai une licence en sciences commerciales et économie. Je recherche un master dans la gestion des risques (assurance, banque). Cela va me permettre de montrer que je suis prêt à prendre des risques, à sortir de ma zone de confort, à grandir. Aussi, les langues sont importantes dans le milieu pro. En résumé, pour solidifier ma candidature en master pour la rentrée prochaine. »

E : « Je vais intégrer une formation d’infirmier en septembre prochain. En attendant, je vais mettre à profit ce temps pour vivre autre chose. »

Qu’attendez-vous de cette expérience ?

J : « Il y a plusieurs universités à proximité, donc plusieurs nationalités. Je vais essayer de créer des liens. »

A : « C’est à Athènes, je vais visiter la ville, découvrir la culture, les conditions de vie... Faire des choses qu’on n’a pas l’habitude de faire. »

E : « Découvrir la culture ! »

A deux semaines du départ, qu’est-ce que vous ressentez ? Stress, excitation ?

Tous les trois : « De l’excitation ! »

Comment la Mission Locale vous a aidé pour ce projet ?

J : « Les conseillères Garantie Jeunes en ont parlé, j’ai demandé plus d’informations. Jessica [référente technique GJ] m’a expliqué les détails, le dossier... J’ai eu la réponse la semaine dernière ! »

E : « Une amie qui a fait Erasmus m’avait parlé d’aller à l’étranger. Jessica en a parlé, j’ai demandé plus d’informations. Du coup j’ai entrainé Anas [le troisième jeune] dans le truc. »

 

Tous trois sont entrés dans le dispositif de Garantie Jeunes fin 2019. Avant de partir le 1er février, ils vont se retrouver pendant 4 jours à Biarritz pour une préparation à ce mois de volontariat international. Le sourire aux lèvres, ils se projettent dans cette nouvelle aventure. Bien qu’ayant des situations et des projets différents, ils ont la même soif de découvrir le monde !

Imprimer

L'introspection pour l'insertion : le Projet GLINT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment peut-on amener des jeunes à changer la vision qu’ils ont d’eux-mêmes ?

Le vendredi 20 décembre au matin dans les locaux de la Mission Locale à Cenon, nous avons eu un premier élément de réponse. En effet, 40 jeunes bénéficiaires de la Garantie Jeunes ont participé au projet GLINT (littéralement « lueur »). Ce projet est le fruit d’une collaboration entre la photographe Laura Van Puymbroeck et notre Mission Locale.

Petit rappel de la démarche : pendant 2 semaines, Laura a photographié ces 40 jeunes issus de la rive droite bordelaise en difficultés d’insertion. Tous sont accompagnés par notre Mission Locale. De plus, ils font partie du dispositif de Garantie Jeunes avec lequel ils peuvent monter leurs projets, devenir autonomes et réaliser des stages en entreprise.

Se raconter à travers une photo.

Un moment de grâce, un instant figé par la photographie, et maintenant hors du temps. C’est cet instant d’introspection que Laura a essayé d’immortaliser pour l’exposition GLINT. Ils ont accepté de se glisser dans le cadre avec comme objectif de zoomer sur une partie de leur corps qui les complexe profondément ou qui représente une force dans leur apparence.  

Chaque photo représente une pensée personnelle. Chacun a écrit un court témoignage de quelques lignes pour expliquer le cliché. Avec GLINT, les jeunes se montrent différemment, mais surtout, ils se voient différemment.

ilyasse-2.jpg
Crédit Photo : Laura Van Puymbroeck

 

L’exposition :

Aujourd’hui, tous les jeunes, des membres de leurs familles, des conseillers et, bien entendu, Laura Van Puymbroeck étaient présents. Ils ont tous pu découvrir les photos dans un contexte différent. En effet, c’est bien l’objectif de montrer aux jeunes une autre partie d’eux-mêmes. Trop souvent jugée « génération superficielle », avec ce projet ils ont pu dévoiler des pensées, des gênes ancrées profondément dans leur histoire.

Tous les jeunes, sans exception sont restés bouche bée, devant leur photo, ou la photo d’un ami. Nul doute que sous ces sourires gênés, ces rires pincés, une nouvelle image s’est silencieusement glissée dans la tête de certain.e.s.

P1000871OK2.jpg

Bien sûr, dans un futur proche, une nouvelle représentation sera prévue avec un public plus large, élus et partenaires notamment, pour sensibiliser à la fragilité de ces jeunes et au contexte souvent difficile dans lequel ils évoluent. Nous espérons aussi faire tourner l’exposition dans des lieux culturels, où nous pourront montrer une image différente des jeunes en difficulté d’insertion, une image plus poétique, une image qu’ils ont voulu montrer.

Imprimer

La Mission Locale fait décoller ta recherche d’emploi

Tu piétines dans ta recherche d’emploi ? Tu ne trouves pas d’offres ? Tu as du mal à présenter ton projet ?

Heureusement pour toi, à partir de janvier 2020, la Mission Locale lance de nouveaux ateliers !

En effet, tous les jeudis après-midi à Cenon (54 avenue Hubert Dubedout), nos conseiller.e.s spécialisé.e.s sur l’emploi vont pouvoir t’accompagner et te donner les outils pour débloquer tes recherches ! C’est la dernière ligne droite !

Il faut s’inscrire sur une session au préalable au 05 57 77 31 00.

Les 3 nouveaux ateliers sont :

1/ Le réseau professionnel : Réseaux sociaux professionnels (Linkedin) et retiens l’attention des recruteurs.

2/ Contacter une entreprise : Obtiens le bon contact et apprends à présenter ton projet.

3/ Candidater en ligne : Construis tes mails professionnels et mets en valeur ta candidature spontanée

Imprimer

Les jeunes du Créonnais s’engagent !

Vendredi 29 novembre, la Mission Locale était présente à l’entrée de deux grandes surfaces à Créon pour participer à la collecte de la Banque Alimentaire. 10 jeunes accompagnés par l’antenne de Créon se sont portés volontaires pour cette belle initiative.

Tous sont intégrés dans le dispositif de Garantie Jeunes (1 session par an sur le Créonnais) et ont choisi de participer à une activité à portée sociale. En toute logique, nous avons choisi un projet qui permettrait d’agir au local. C’est pourquoi, en collaboration avec le CCAS et la Banque Alimentaire, les 10 jeunes ont participé à la collecte de la Banque Alimentaire aux abords du Carrefour Market et du Leader Price de Créon vendredi 29 au matin.

En effet, les denrées récoltées seront redistribuées à 60 familles dans le Créonnais. Cela représente environ 100 personnes qui vont bénéficier de cette action ! Pour rester dans les chiffres : bien que nous n’ayons pas pesé la récolte, nous pouvons évaluer l’ensemble des denrées recueillies à environ 50 kilos !  

IMG 20191129 100956IMG 20191129 105751

C’est un immense plaisir de voir nos jeunes participer à ce type d’action. Comme nous, ils étaient ravis et attendaient avec impatience cette échéance.

Ils s’appellent Loïc, Sarah ou Laura, ils se font accompagner par la Mission Locale pour penser ou développer leurs projets professionnels. Des jeunes de 16 à 25 ans comme tant d’autres de leur âge qui se sentent perdus à la sortie du système scolaire. Des jeunes comme Loïc qui veut réaliser un apprentissage dans le secteur agricole, Sarah qui souhaite s’orienter vers le secteur de l’animation ou encore Laura qui veut se lancer dans l’immobilier. Ils viennent de Créon et des alentours et ils sont attachés à leur territoire.

Aller au contact des autres, s’engager, donner de son temps : cela fait aussi partie des valeurs que nous essayons de prôner tout au long de l’accompagnement en Mission Locale.

Imprimer

Témoignage : Pourquoi la Mission Locale ?

Pour illustrer l’apport de l’accompagnement en Mission Locale, quel meilleur moyen qu’un témoignage ? Nous avons sollicité Jaurès, 19 ans, pour qu’il nous raconte son expérience.

 

 

Jaurès vient tout juste de sortir du dispositif de Garantie Jeunes. Il a été accompagné par notre Mission Locale ces deux dernières années. Arrivé d’Italie il y a 3 ans, en plus de celui de la langue, de nombreux obstacles se sont mis sur son chemin. Il explique comment, avec l’aide des conseillers, il a pu réaliser ses projets.

Aujourd’hui, il est logé au Foyer Habitat Jeune de Lormont, il réalise un contrat d’apprentissage dans l’industrie à Bruges et parle parfaitement le français.

Comme lui, ce sont des dizaines de jeunes qui se retrouvent dans des situations sociales, administratives et professionnelles compliquées. Comme lui, nous pouvons les accompagner.

Pour vous, ou pour un proche, appelez le 05 57 77 31 00 pour prendre rendez-vous et parler avec un conseiller.

Imprimer

Les ailes du partage : s'envoler pour mieux rêver.

« Si quiconque devait obtenir des ailes et voler jusqu’au sommet du ciel, enfin il comprendrait entièrement le monde dans lequel il vit. » Socrate.

Dits « en difficulté d’insertion », ils cherchent leurs voies et préparent leur vie future. Ces jeunes viennent de Lormont, Bassens, Cenon, Carbon-Blanc ou encore Sainte-Eulalie. Pour explorer différentes options, il faut parfois prendre de la hauteur. C’est ce qu’ils ont fait. Littéralement.

 

Ailes du partage 7.JPG

En effet, ce samedi 12 octobre à l’aérodrome de Léognan, 8 jeunes accompagnés par nos soins ont eu l’occasion de planer au-dessus de nos têtes. Une parenthèse enchantée d’une vingtaine de minutes durant laquelle ils ont pu voler en planeur ou ULM et ainsi rompre avec le quotidien. Cette opportunité, nous la devons au projet « les ailes du partage » porté par l’association « Les citoyens du ciel ». Elle œuvre depuis 13 ans, entre autre, pour l’égalité des chances.

Mickaël et Laura font partie des 8 heureux élus, ils nous racontent cette expérience :

 

Pourquoi étiez-vous intéressés par cette expérience ?

Laura : « Je voulais voler depuis toute petite, c’était comme un rêve. Il est devenu réalité ».

Mickaël : « Il se trouve que mon métier rêvé est pilote d’hélicoptère. Je veux rentrer dans l’armée depuis longtemps, ce métier est mon premier choix ! Quand on m’a proposé d’y participer, je me suis dit que je pourrais affronter des craintes ou des peurs, un peu pour me tester. »

Vous étiez déjà montés dans un avion avant ce week-end ?

Laura : « C’était la première fois pour moi, j’avais déjà fait du parapente, mais ce n’est pas pareil. »

Mickaël : « C’était ma première fois à moi aussi. Comme j’ai parlé de mon projet au moniteur, il m’a même laissé piloter ! »

Ailes du partage 11.jpg

 

Comment ça s’est passé sur place ?

Laura : « Nous nous sommes présentés à l’accueil. On nous a donné des consignes de sécurité, on a dû remplir une carte d’embarquement pour la donner au pilote. A l’embarquement je n’étais pas du tout stressée. »

Mickaël : « Les moniteurs étaient très attentionnés. Un peu la boule au ventre au décollage quand même, après c’est passé tout seul et c’était incroyable. »

Alors justement, comment c’était là-haut ?

Laura : « Le vol s’est très bien passé, on pouvait voir les différentes villes autour, même le château de La Brède ! C’est tout petit de là-haut, on dirait une maison de poupée ! »

Mickaël : « C’était top de voir la terre depuis le ciel. On est dans un autre monde. »

Pour conclure, comment vous décrivez cette expérience ?

Laura : « Exceptionnel. Unique. Beau. »

Mickaël : « Inoubliable. Incroyable. »

Ailes du partage 12.jpg

 

Il n’est pas exagéré de dire que les 6 autres jeunes que nous avons accompagnés sont du même avis. Tous se sont amusés et sortent grandis d’une expérience comme celle-là. A l’image de Mickaël qui a confirmé son projet de rentrer dans l’armée de l’air. Nous tenons encore une fois à remercier les Citoyens du Ciel et l’association aéronautique Planeurs de Bordeaux Montesquieu d’avoir donné cette chance à nos jeunes !

Imprimer

Bilan du Rallye : qu'en pensent les jeunes ?

Pour prendre un peu de recul et débriefer ce Rallye de l’Apprentissage, nous avons interrogé un panel de chacun de nos 3 groupes de Garantie Jeunes. Nous en tirons enseignements, idées, motivation et surtout satisfaction. Voici donc quelques éléments qui ressortent à un peu plus d’une semaine de l’évènement.

Tout d’abord, les déplacements entre les CFA se sont majoritairement faits en bus (loués pour l’occasion) avec les 40 jeunes ainsi que les accompagnants. Aussi, plusieurs pauses déjeuner se sont déroulées dans la convivialité sous forme de pique-niques aux abords des CFA. Autant de moments qui ont créé un lien entre les jeunes. Cédric, bénéficiaire de la Garantie Jeunes dans le groupe de Cenon, plébiscite ces « des moments de partage » qu’il faut cultiver. Le quiz auquel les jeunes devaient répondre après chaque visite a vraiment été apprécié par les jeunes et a rendu les visites plus ludiques.

Il apparait aussi dans les retours obtenus que les jeunes ont vraiment été séduits par l’apprentissage, par ses avantages (salaire, cotisation...) mais aussi par le fait de se professionnaliser plus vite. Ce sont des jeunes qui, pour la plupart, ont soif de travailler. Le plus souvent ils ne se voient pas retourner dans une formation initiale. Certains concèdent qu’il y a beaucoup d’informations en un temps assez réduit. C’est certain, il faut le temps de digérer tout ça. Ils nuancent toutefois : « C’était très intéressant de voir tous ces métiers. ».

« Pour celui ou celle qui n’a pas de projet c’est un bon moyen de trouver. »  Les interrogés expliquent que pour eux ou leurs camarades, les retours sont très positifs et nombre d’entre eux ont trouvé des pistes intéressantes. Par ailleurs, pour celles et ceux qui n’ont pas eu de déclic pendant la semaine, ils ont au moins vu ce qu’ils ne veulent pas faire. Et malgré tout, c’est aussi important pour réfléchir à son avenir !

IMG_20190925_102355.jpg

Toujours selon eux, le Job Dating a pu « faire le lien » avec les visites et ainsi leur permettre de tout de suite saisir l’opportunité de parler avec les CFA qui les intéressent. Certains ont pris de l’information, d’autres ont exprimé leur intérêt futur, tandis que les plus sûrs de leur projet ont déjà fait des démarches de candidature. Ils confirment « On a eu beaucoup de chance, c’était top. ».

En effet, plusieurs jeunes ont déjà des contacts avec les CFA pour préparer un contrat d’apprentissage. Notamment en transport logistique, en boulangerie pâtisserie, paysagisme et dans le secteur de la propreté. Parallèlement, d’autres cherchent des stages dans les secteurs présentés pour voir si ceux-ci leur plaisent.

Le rallye a pris fin il n’y a pas encore deux semaines, l’initiative commence déjà à porter ses fruits. Il est difficile d’estimer avec précision les retombées avec aussi peu de recul, toutefois il est très probable qu’un mois après le Rallye environ 40% des jeunes aient : confirmé leur projet professionnel, trouvé un secteur qui les intéresse et commencent à faire des démarches pour se former. Des taux élevés qui nous donnent bon espoir pour l’insertion de ces jeunes.

Enfin, nous sommes déjà en train de discuter de la forme que pourrait prendre une deuxième édition dans un avenir proche.

Imprimer

Job Dating Apprentissage : la boucle est bouclée.

Ce mercredi 25 septembre 2019, se tenait le Job Dating Apprentissage dans nos locaux. Evènement d’envergure pour notre Mission Locale qui clôture l’initiative du Rallye de l’Apprentissage (expliquée ici). Pour l’occasion, 10 des CFA qui ont participé à la semaine du Rallye ont répondu présent une seconde fois, cette fois-ci dans l’optique de recruter des jeunes dans leurs formations.

En effet, comme vous avez pu le voir toute la semaine dernière sur nos réseaux sociaux, nous n’avons pas chômé ! 40 jeunes accompagnés pour la visite de 13 CFA soit quasiment 20 secteurs d’activité afin de promouvoir la formation en apprentissage. Allait-on s’arrêter là ? Sûrement pas !

Nous avons profité de l’élan donné par la semaine de visite pour faire la promotion des formations en apprentissage. Ainsi, nous avons pu lier l’observation à l’action : prendre des informations, demander des documents, se renseigner sur les formations et surtout... candidater ! Il est vrai, les Centres de Formation d’Apprentis n’étaient pas venus les mains vides : chacun d’eux avait amené des offres d’apprentissage à pourvoir pour la rentrée 2019.

IMG_20190925_102602.jpg

En plus des groupes actuels de Garantie Jeunes (trois sites : Bassens, Floirac et Cenon), nous sommes ravis d’avoir vu d’autres jeunes qui ne font pas partie du dispositif mais aussi certains qui ne sont même pas inscrits à la Mission Locale. Aussi, nous remercions nos partenaires et acteurs sociaux du territoire qui n’hésitent pas à rediriger ces jeunes vers nous.

Les retours des CFA sont tout aussi réjouissants et témoignent du travail qui a été mené par notre équipe : « des jeunes impliqués, intéressés » « on a pu avoir un vrai lien avec les jeunes au cours des temps forts du Rallye ». Il va sans dire que c’est avec un immense plaisir que nous tenterons de réitérer l’expérience et, pourquoi pas, en faire un rendez-vous annuel estampillé « Mission Locale des Hauts de Garonne » !

Enfin, nous tenons à remercier les CFA et leurs équipes sans qui ce Rallye de l’Apprentissage n’aurait pas pu voir le jour. Ils ont fait preuve d’un soutien sans faille et d’une gentillesse infinie.

Imprimer